Visiter le pavillon allemand de l’expo de 1929

le pavillon allemand de l’expo de 1929

L’architecte allemand Ludwig Mies Van der Rohe, accompagné de la décoratrice et designer Lilly Reich, furent chargés de représenter la nouvelle Allemagne démocratique, progressiste et pacifiste à travers la construction d’un pavillon innovant et unique lors de l’Exposition universelle qui se tint à Barcelone en 1929.

Pavillon allemand de l'expo universelle de Barcelone 1929

L’exposition universelle de 1929

L’énorme chantier commença dès 1917 sous la direction de l’architecte et maître d’oeuvre Lluis Puig i Cadafalch et permit d’aménager une zone encore peu urbanisée, entre le village de Sants et la colline de Montjuic. L’enceinte inclut l’aménagement de la Plaça d’Espanya, par laquelle on débouchait depuis le Port en remontant l’avenue Paral·lel, grande artère où se trouvait de nombreux théâtres et cabarets.

 

Le Palau Nacional, qui trône en haut de larges escaliers entre cascades et jets d’eau (actuel MNAC musée national d’art catalan), servait de Palais central. A mi-hauteur, la célèbre Font magic, prouesse technique de l’ingénieur Carles Buïgas, et perdu entre la verdure de la colline, le Poble Espanyol (le village espagnol), reconstitution de rues, de places typiques, de bâtiments et de monuments représentatifs des capitales régionales espagnoles. Certains palais (le Palais de la Communication et des transports, le Palais de la métallurgie et de l’électricité, le Palais de l’agriculture, etc…) existent encore aujourd’hui.

 

L’inauguration de l’Expo aura finalement lieu le 19 mai 1929, après avoir été repoussée à plusieurs reprises.

Esposition universelle de barcelone 1929

Contextes historiques et architecturaux

Nous sommes dans l’entre deux guerres et un peu partout en Europe on entend gronder les voix du populisme. Le mécontentement populaire se généralise: la fracture sociale est évidente, les conditions de travail insupportables.

 

L’Espagne est d’ailleurs sous le régime militaire de Primo de Rivera (Les phalangistes) depuis 1923. Ce dernier décide d’éliminer toutes représentations attenantes à l’identité culturelle catalane. Ainsi, les noms sont “espagnolisés”: le Poble Espanyol (ici écrit en catalan) devint el Iberona, le nom de la place d’Espagne est imposé et le dictateur fait tomber les 4 colonnes (reconstruites en 2010) qui trônaient en haut des marches, en représentation du drapeau catalan.

 

Et puis n’oublions pas le crack boursier du 29 octobre 1929 qui eut un effet dévastateur sur le marché mondial: l’exposition universelle n’aura donc pas eu les répercussions économiques escomptées!

 

Au niveau architectural, l’Expo de 1929 permet de consolider “l’après Art-Nouveau”, considéré comme frivole et trop exubérant. On veut retrouver la sobriété et la rigueur du classicisme avec l’affirmation du tournant “noucentisme” qui est déjà de rigueur. Les bâtiments officiels (palais) sont grandioses, monumentaux voire impériaux alors que les pavillons privés (construits par les pays ou les entreprises participants à l’événement) sont de style plus avant-gardistes. C’est l’émergence des mouvements Art Déco et du Rationalisme.

exposition universelle de Barcelone 1929

Un nouveau demain- une nouvelle normalité

Il est d’ailleurs intéressant de penser que cette nouvelle esthétique est aussi le résultat de la crise sanitaire que le monde venait d’essuyer. Après la terrible grippe espagnole de 1918 et la tuberculose qui fait toujours beaucoup de morts, force est de constater que ces maladies auront aussi joué un rôle important dans le changement radical des considérations architecturales de l’époque. En effet, l’émergence de constructions aérées, avec ces grandes baies vitrées qui permettent de ventiler les espaces, mais aussi l’absence de tentures et de tapis, remplacés par des surfaces faciles à nettoyer, répondent à ces nouvelles aspirations hygiénistes.

Une vision futuriste: le pavillon Mies Von Der Rohe

exposition universelle de 1929 Barcelone

Construit avec des matériaux nobles tels que le marbre, l’onyx ou le verre, le bâtiment s’affirme par la force de son rationalisme: la ligne est dure, la vision minimaliste, la lumière joue sur tous les plans. L’Oeuvre est innovante et soutient ce besoin réel de changement: une page est tournée au chapitre de l’architecture moderne, ce pavillon exprimant tout le style architectural du mouvement Bauhaus

 

Le pavillon est construit sur un plan libre, c’est à dire qu’il est formé d’espaces ouverts, où l’intérieur et l’extérieur ne se distinguent pas vraiment. Son plan intérieur obligeait les visiteurs à le traverser de part en part en passant par les différentes zones: des demies-cloisons coupant l’espace sans altérer pour autant la sensation d’ouverture.

 

Le mobilier est minimaliste. Seule, la fameuse Chaise Barcelone qui devait servir de trône pour le roi Alfons XIII et qui est devenu depuis un symbole du design à Barcelone. Une magnifique sculpture de Georg Kolbe “matin” (« Morgen ») représentant un femme nue éblouie par les premières lueures du jour, se trouve dans un coin du petit bassin. L’eau est alors le miroir de ce corps immobile.

 

Le bâtiment fut démantelé 6 mois après la fin de l’événement pour des raisons économiques. Il aura marqué les esprits et malgré sa disparition, il devint une source d’inspiration pour plusieurs générations d’architectes du monde entier.

L’après franquisme

Aussi, l’enthousiasme fut grand quand -en prévision du centenaire de la naissance de son créateur- on jugea bon de reconstruire le pavillon à l’identique. Les travaux commencèrent en 1983, sous la supervision de l’architecte catalan Oriol Bohigas, et se conclurent 3 ans plus tard, alors que Barcelone venait tout juste d’être nominée pour recevoir les JO d’été de 1992. Les alentours furent redessinés, la fontaine magique fut agrémentée de musique, on consolida le Poble Espanyol…bref la ville se transforma, à nouveau, en un immense chantier à ciel ouvert.

la chaise barcelone de Mies von der rohe

Si vous passez par la Place d’Espagne (métro Plaça d’Espanya), allez jeter un coup d’oeil au MNAC, au pavillon Mies Von Der Rohe et à la Caixa Forum...ils valent le détour. A la tombée de la nuit vous pourrez aussi profiter du spectacle de la fontaine magique.

 

 

Visite du pavillon de Mies Von Der Rohe

Horaires:

Le Pavillon est ouvert du lundi au dimanche de mars à octobre de 10h à 20h

De novembre à février 10h à 18h 

Tarifs:

Entrée générale 7€

3,50€ pour les étudiants et famille nombreuse

gratuite pour les moins de 16 ans

Réservez Réservez